L'État juif et le droit au retour des Palestiniens


L'exigence israélienne que les Palestiniens reconnaissent Israël comme État-nation du peuple juif et l'exigence palestinienne que les Israéliens reconnaissent le droit moral des réfugiés palestiniens au retour expriment la nécessité pour les deux peuples de voir leurs causes respectives affirmées par "l'autre côté". Pourtant, les deux causes sont irréconciliables, tout comme le sont les récits politiques fondamentaux qui leur donnent un sens. La question se pose alors de savoir si la fin du conflit peut même être conceptualisée, et encore moins mise en œuvre, les deux peuples adhérant à leurs récits fondamentaux et attendant l'affirmation de leurs causes respectives. L'argument de cet article est que les travaux ultérieurs de John Rawls contiennent des ressources qui permettent une telle conceptualisation. Un consensus se chevauchant sur une liste de reconnaissances communes est possible entre les adhérents aux récits de base des deux peuples. Dans cette liste, qui est proposée dans le document, chacun des deux peuples peut voir sa cause implicitement affirmée et son besoin de reconnaissance satisfait, sans avoir à abandonner sa narration de base ou à accorder explicitement la demande de reconnaissance qui lui a été faite par l'autre partie. Ainsi, l'irréconciliabilité des récits ne constitue pas un obstacle insurmontable à la conceptualisation de relations potentiellement justes et stables entre les deux peuples.

Plus d'info sur :

Farid Abdel-Nour
Première publication, le 12 janvier 2015

http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1065912914564625